Libéralisme: l'excuse des politiques

Publié le par Philomène Bouchon

 

 

Cette campagne présidentielle a mobilisé les passions, différentes visions de la société se sont affrontées. Une des oppositions les plus criantes fut celle accordée au libéralisme. Depuis le referendum de mai 2005 contre le traité constitutionnel, le mot libéralisme est devenu un mot ignoble pour les partisans de gauche et un mot tabou pour la droite.

Ce procès fait au libéralisme est-il juste ? Cette critique systématique de notre modele libéral n’est-il pas une manière démagogique et hypocrite de cacher les vrais problèmes de la société ?

La France est un des pays d’Europe les plus concurrentiels sur le marche international. Le pays peut être fier de grandes multinationales qui bouffent ses concurrents : Air France, Renault, Carrefour, Leclerc,…

Nous connaissons aussi plus de relocalisation que de délocalisation.

Mais au dire de nos hommes politiques, nous sommes un pays capitaliste certes, mais libéral, ça non jamais.

Mais est-ce vraiment mauvais d’être libéral ?

Le grand pays libéral par excellence est les Etat-Unis. Cela ne dérangeait personnes avant l’accession de  Bush au pouvoir mais voilà depuis 2000, libéral=Bush=guerre en Irak=Méchant.

Pourtant, au regard de l’histoire, le libéralisme est l’essence même de notre société. Des la révolution de 1789, les révolutionnaires se reconnaissaient dans le libéralisme politique. C’est-à-dire qu’ils se sont évertués à se battre pour les libertés fondamentales pour finir a rédiger la Charte des Droits de l’Homme. Se reconnaître du libéralisme politique c’est se mettre du coté de la liberté de penser, la liberté d’entreprendre ou du droit à la propriété. « La liberté de produire et de consommer ne peut exister sans la liberté de choisir, faculté qui n’est précisément reconnue aux individus – producteurs et consommateurs – que dans le cadre du libéralisme politique. »

Ces temps-ci les socialistes critiquent le libéralisme à outrance pour flatter un électorat d’extrême gauche qui croit encore a la lutte des classes et la révolution du prolétariat. Si la France décidait de sortit du libéralisme, quels choix auraient-elle ? Le fascisme qui prône les valeurs nation, travail, famille ? ou le communisme qui est pour une dictature du prolétariat tout en reniant les libertés individuelles ?

Allons messieurs les politiques soyez honnêtes et arrêtez de prendre le libéralisme a partie pour cacher vos vraies craintes politiques. Parce qu’il est plus facile d’imputer à cette doctrine tous les maux de la France que de les résoudre en profondeur.

 

 

Publié dans Coup de Gueule

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

mourad 20/06/2008 18:23

pétition pour la déstitution de sarkozy, j'ai signé et je vous invite a signer et à diffuser largement, pétition à signer sur  http://www.antisarkozysme.com